Découvrez les entreprises leaders

Le Fonds Écoleader vous présente des cas d’entreprisses leaders de partout au Québec. Toutes inspirantes à leur façon, elles ont fait le choix d’intégrer des pratiques écoresponsables et des technologies propres.

En cliquant sur les icônes de la carte ci-dessous, découvrez-en davantage sur les projets réalisés et leurs sources de financement, ainsi que sur les retombées pour l’entreprise et son écosystème.

Veuillez noter que les entreprises qui souhaitent également partager leur projet peuvent contacter l’équipe du Fonds Écoleader, afin qu’elle puisse l’ajouter au répertoire en ligne.

Bergerie du Faubourg

Bergerie du Faubourg

Une génératrice de secours, fonctionnant généralement au diesel, est indispensable pour une ferme moderne comme la Bergerie du Faubourg. S’il y a une coupure de courant lorsque les agneaux sont dans l’étable, les systèmes d’aération et de nourriture doivent absolument continuer à fonctionner. Les responsables de l’entreprise agricole sont soucieux d’un élevage aussi biologique que possible et de préserver l’environnement. C’est ainsi qu’ils ont choisi de remplacer une génératrice de secours par une installation de panneaux solaires et d’une éolienne, ce qui réduit les émissions de GES et élimine des risques de déversement de carburant. Tout en contribuant à réduire l’impact environnemental de l’exploitation agricole et en démontrant aux clients les valeurs de protection de l’environnement, la Bergerie du Faubourg est ainsi devenue la première ferme ovine intelligente alimentée en énergies renouvelables au Québec.

Cascades

Cascades

Ce parc solaire est la première installation de capteurs à concentration solaire paraboliques d’une telle envergure et d’une telle performance. C’est un des projet-type de Rackam: une installation au sol pour la chaleur de procédé. Le champ solaire compte 20 rangées de capteurs paraboliques d’une longueur de 33 mètres chacune, intégrant la technologie S20 de Rackam. Chaque rangée est constituée de quatre concentrateurs paraboliques couvrant une surface totale de de 1490 m 2 de captation. Elles sont reliées entre elles par un seul réseau de plomberie où circule l’huile chauffée à haute température par l’énergie solaire. Les rangées de concentrateurs paraboliques sont motorisées afin de suivre la trajectoire du soleil à toute heure du jour.
Le système est conçu pour résister aux intempéries, comme la pluie, la neige et les vents forts. Les miroirs paraboliques sont faits d’aluminium et de mousse. En cas de neige ou de vents forts, ils peuvent se replier. Les capteurs permettent de récupérer 60 % de l’énergie thermique du soleil.

Chic Alors

Chic Alors

Pour améliorer l’efficacité énergétique du bâtiment, Chic alors a installé un système de chauffage et de climatisation avec géothermie, des appareils d’éclairage à diodes électroluminescentes (DEL) et un système centralisé de gestion de l’énergie qui permet d’assurer un contrôle précis et en temps réel des systèmes électromécaniques.

Pour optimiser la production de pizza, l’entreprise a remplacé son gros four par plusieurs petits fours plus performants, qui entraînent donc des économies d’énergie.

Grâce à ces mesures, elle a réussi à diminuer de façon importante sa consommation d’électricité et de propane, entraînant non seulement des économies de coûts, mais aussi une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre.

CHU de Québec-Université Laval (CHU)

CHU de Québec-Université Laval (CHU)

Pour gérer ses rejets de carton, l’organisme a opté pour une stratégie de récupération, de centralisation et de commercialisation. Ainsi, il a installé des presses à carton dans les hôpitaux. Le carton y est pressé et mis en ballots. Puis le centre de distribution du CHU, qui organise des livraisons de matériel tous les jours, s’occupe de sa collecte. C’est donc à cet endroit qu’est centralisé tout le carton récupéré. Ce carton est ensuite vendu à une entreprise qui vient le chercher au centre de distribution.

Club de golf l’Albatros de Sainte-Foy

Club de golf l’Albatros de Sainte-Foy

Le Club de golf l’Albatros de Sainte-Foy a réservé une partie de son terrain pour faire du compostage et contacté l’entreprise d’émondage pour pouvoir utiliser ses déchets végétaux comme intrant. En adoptant les principes de l’économie circulaire, les deux entreprises ont tiré profit de ce partenariat. D’une part, comme la distance à parcourir pour aller au club de golf était plus courte que celle la séparant du site d’enfouissement, l’entreprise d’émondage a vu ses frais associés au transport et à l’élimination des déchets végétaux être réduits. Ces déplacements plus courts ont également entraîné une diminution des émissions de gaz à effet de serre. D’autre part, les déchets végétaux transformés en compost ont permis au Club de golf l’Albatros de réduire ses coûts en n’ayant plus à acheter de terre pour entretenir ses terrains.

Derichebourg Canada

Derichebourg Canada

La technologie Active Stop-Start d’Effenco installée sur l’intégralité de la flotte québécoise des camions benne de Derichebourg est un système électrique conçu pour couper le moteur d’un véhicule lourd lorsque celui-ci est immobile tout en maintenant opérationnels la transmission, l’équipement hydraulique ainsi que les accessoires de la cabine. Étant donné que ces véhicules sont immobiles durant une partie importante de leur temps d’opération, l’usage du moteur, le bruit, la consommation de carburant ainsi que les émissions sont considérablement réduits avec la technologie Active Stop-Start.

Domaine des Cascades

Domaine des Cascades

Le Domaine des Cascades est une résidence évolutive pour personnes autonomes et semi-autonomes faisant face au fleuve Saint-Laurent. Le bâtiment de huit étages abritant 80 logements est alimenté à 100 % par la géothermie pour répondre aux besoins de chauffage et la climatisation (une première au Québec). Le Domaine des Cascades a installé un puits à colonne permanente, une nouvelle technologie adaptée à la consommation de gros bâtiments (ici, il s’agit d’un projet de 100 tonnes) construits sur de petits terrains. L’innovation a été conçue et développée au Québec par l’entreprise Marmott Énergies, en collaboration avec l’école Polytechnique de Montréal. L’implication de LEM Experts Conseils est également à souligner.

Groupe EP

Groupe EP

Groupe EP a adopté la pratique de la dématérialisation des factures et autres documents. Maintenant, l’archivage est informatisé. L’entreprise conserve physiquement les dossiers des clients des années précédentes seulement pour les audits du gouvernement. Ainsi, l’espace réservé à l’archivage est peu à peu transformé à d’autres fins. Depuis l’adoption de la culture sans papier, tous les documents se trouvent dans un réseau électronique partagé. Ce réseau a permis aux employés de gagner en productivité en leur évitant d’avoir à se déplacer aux archives pour consulter un dossier. L’erreur humaine dans le classement des documents a aussi été éliminée.

Grâce à l’adoption de cette culture, Groupe EP a diminué sa consommation de papier de 30 %, ce qui représente une économie de 685 $ par an. De plus, l’entreprise a réduit ses frais d’impression de 900 $ par an. Finalement, la culture sans papier a également permis une hausse de la productivité des employés.

Groupe Gibo

Groupe Gibo

L’entreprise a tout d’abord séparé les rejets de mousse de polyuréthane du reste du flux de matières résiduelles. Puis, après avoir analysé et écarté plusieurs options locales qui s’avéraient non rentables ou non viables, elle a finalement choisi de retourner les rebuts de mousse chez le fournisseur établi à Montréal, qui les revalorise.

Grâce à cette entente, Groupe Gibo a complètement cessé d’envoyer ses rebuts de mousse de polyuréthane au site d’enfouissement, ce qui représente une économie de 12 000 $ par an et donne une deuxième vie à la matière. De plus, puisque le camion qui livre la mousse à l’entreprise ne revient plus vide vers Montréal, mais chargé des rebuts, le transport de ceux-ci n’entraîne pas de nouvelles émissions de gaz à effet de serre.

Ainsi, en réduisant les émissions associées à la production de nouvelles matières, au transport vers le site d’enfouissement et à l’enfouissement lui-même, le projet a permis d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 80,1 t éq. CO2 par année.

Industries 3R

Industries 3R

Industries 3R a décidé de presser les rejets de carton et de les vendre directement à un centre de récupération. Pour ce faire, elle a investi dans l’achat d’une presse et elle a mis en place un système de gestion des matières résiduelles plus efficace, tout en protégeant la santé et la sécurité de ses employés. Grâce à ces mesures, l’entreprise a réussi à transformer les coûts d’élimination en revenu, à augmenter la productivité de ses employés, à améliorer la qualité de vie dans l’usine et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’Échoppe des fromages

L’Échoppe des fromages

L’Échoppe des fromages a utilisé le principe des 4RV (repenser, réduire, réutiliser, recycler et valoriser) pour mettre en place plusieurs initiatives permettant de mieux gérer ses matières résiduelles.

Elle a notamment conçu de nouveaux produits qui utilisent des retailles alimentaires comme intrant :

soupe à base de restes de fruits et légumes;
gâteau au fromage ou mélange à fondue incorporant des retailles de fromage;
croutons de pain faits à partir de baguettes non vendues
En revalorisant ses matières résiduelles, l’entreprise économise sur l’achat de matières premières pour confectionner ses différents produits.

De plus, elle a réussi à réduire annuellement de plus de moitié ses matières recyclables en revoyant son approvisionnement afin de réduire l’emballage. Elle achète maintenant beaucoup plus de produits en vrac.

Ce changement a permis à L’Échoppe des fromages d’arrêter d’utiliser les services de collecte d’une entreprise privée dont les coûts annuels s’élevaient à 3 380 $. Désormais, elle utilise le service municipal de collecte des matières résiduelles et paie une taxe annuelle de 800 $, ce qui représente une réduction des coûts de plus de 75 % par année.

Laiterie Charlevoix

Laiterie Charlevoix

Les systèmes de biométhanisation, de traitement des effluents et de gestion de l’énergie développés par Atis Technologie et Valbio ont permis à la Laiterie Charlevoix de transformer ses résidus laitiers en énergie renouvelable, d’obtenir des effluents inférieurs aux normes en vigueur et d’optimiser sa consommation énergétique

Le Nordique Spa Stoneham

Le Nordique Spa Stoneham

La chaufferie à la biomasse développée et opérée par Carbonaxion Énergies utilise les granules torréfiées carboneutres BiocoalFX d’Airex Technologies pour alimenter le réseau de chaleur du Nordique Spa Stoneham.

Les viandes Rheintal

Les viandes Rheintal

Les viandes Rheintal a acquis un appareil permettant d’arrêter automatiquement le fonctionnement du système de réfrigération. Cet appareil a été installé dans l’aire réservée à la transformation pour arrêter la réfrigération pendant la fin de semaine. L’entreprise a ainsi réduit sa consommation d’énergie.

Newmont Goldcorp-Éléonore

Newmont Goldcorp-Éléonore

La mine aurifère Éléonore de Newmont Goldcorp a installé un système complet de ventilation sur demande dans la mine souterraine. Le logiciel «Ventsim Control» de Howden est utilisé comme cerveau pour le système. Ce système de ventilation  gère en continu les débits d’air en fonction du nombre de personnes et de véhicules dans des zones définies. Le système répond aux signaux émis par les étiquettes« intelligentes » rattachées à chaque mineur et véhicule. Lorsqu’un signal est détecté à un endroit précis sous terre, le système de ventilation sur demande analyse la qualité de l’air et les niveaux d’émissions dans la zone donnée, puis active les ventilateurs en fonction des besoins et adapte leur vitesse en fonction des données spécifiques reçues des étiquettes. 

Restos Plaisirs

Restos Plaisirs

L’innovation Solu-Robot, de l’entreprise québécoise Solucycle, a été implantée jusqu’à maintenant dans deux restaurants du groupe Restos Plaisirs (les Cochon Dingue de Carrefour St-Romuald et de Place Sainte-Foy). Le Solu-Robot est une solution simple et efficace pour la gestion des résidus alimentaires, acceptant tous les aliments même les serviettes en papier ou les sachets de thé. Après transformation des déchets alimentaires en boue, sans eau, le robot achemine la matière vers un réservoir muni d’un système intelligent. Ce dernier envoi un signal lorsqu’il est nécessaire de procéder à la collecte. En récupérant ces résidus, le robot permet de les valoriser en énergie (biogaz) ou en compost.

Société de développement Angus

Société de développement Angus

Dans le cadre de la conception du nouvel écoquartier du Technopôle Angus, la Société de développement Angus (une entreprise d’économie sociale), en collaboration avec son fournisseur Énergère, a mis en place une boucle énergétique, une infrastructure qui permet l’échange et le partage d’énergie thermique entre les édifices. En reliant les bâtiments commerciaux et résidentiels, et en liant leurs systèmes grâce à la complémentarité de leurs modes d’utilisation (heures d’achalandage, besoin en climatisation ou en chauffage, etc.), les surchauffes de l’un, par exemple à cause du soleil ou du dégagement de chaleur d’équipements, pourront répondre aux besoins de chauffage de l’autre. L’implantation d’une boucle sur une si grande superficie est à souligner.

Abonnez-vous à notre infolettre

Effet Monstre