• Bâtiment durable
  • Efficacité énergétique

Planchers HB : un bâtiment durable au coeur d’un écoparc

Ce portrait d’entreprise leader fait partie du dossier : Survol du Centre-du-Québec, une présentation du Fonds Écoleader (FÉ), en collaboration avec Marc-André Houle, agent au FÉ de la région.

Planchers HB est une entreprise de Victoriaville spécialisée dans le service-conseil et la pose de couvre-planchers pour les industries, commerces et institutions (ICI) des quatre coins du Québec. « HB », c’est Hubert Blier, un entrepreneur qui n’a pas peur de sortir des sentiers battus pour se démarquer. Après avoir œuvré une dizaine d’années dans le secteur des revêtements de sol, il fait le constat que l’offre du secteur dans la région est incomplète et décide, en 1999, de lancer son entreprise. Une douzaine d’années plus tard, confronté à un besoin d’espace, il cherche à acquérir un terrain afin de construire un bâtiment et y relocaliser ses activités. Cette quête demeure infructueuse jusqu’au moment où on lui présente le projet d’Écoparc industriel Daniel-Gaudreau. Planchers HB deviendra le tout premier occupant.

Faire partie d’un écoparc

L’idée de mettre en place un écoparc industriel à Victoriaville a germé dans les années 2000 alors que le projet d’agrandissement du parc industriel Fidèle-Édouard-Alain de Victoriaville se bute à la nécessité de protection d’un milieu humide de plus d’un million de pieds carrés. Cet obstacle devient une occasion de mettre en place une zone industrielle plus soucieuse des principes du développement durable. C’est ainsi que l’Écoparc industriel de Victoriaville, renommé depuis Daniel-Gaudreau, voit le jour en 2013, le premier du genre au Québec. Cette zone industrielle se distingue d’abord par son cahier des charges en matière de bâtiments durables, dont les promoteurs doivent s’engager à respecter un certain nombre d’aspects. Il se distingue en second lieu par l’obligation de toutes les entreprises qui s’y installent à participer à un accompagnement stratégique en développement durable (Démarche d2) et, troisièmement, par l’engagement des gestionnaires de l’Écoparc envers les principes du développement durable, dont entre autres, la promotion des principes de l’écologie et des symbioses industrielles. L’Écoparc industriel Daniel-Gaudreau demeure à ce jour, l’écoparc qui, au Québec, se rapproche le plus des exigences et normes internationales en la matière.

Un choix récompensé

Alors que des entrepreneurs peuvent percevoir ces engagements comme des contraintes, Hubert Blier y a plutôt vu une manière d’être plus compétitif et de penser le développement à long terme de son entreprise. Le cahier des charges et le coaching en bâtiment durable a entre autres mené l’entrepreneur à mettre en place un environnement de travail ouvert et flexible et à utiliser des revêtements de sol récupérés pour le plancher d’une zone du bureau. La construction a été pensée de façon à prévoir un agrandissement afin de répondre à la volonté de densifier et de maximiser le plus possible l’espace disponible dans l’Écoparc. Pour la petite histoire, notons que, depuis l’été 2020, Planchers HB partage son bâtiment avec l’entreprise Plomberie 2000 qui a fait l’acquisition d’une partie de celui-ci et procédé à un agrandissement. Le coaching a également incité Hubert Blier à intégrer un mur solaire à son bâtiment pour préchauffer l’air qui entre et ainsi créer une économie d’énergie. L’acquisition et l’installation du mur solaire ont représenté un investissement de 30 000 dollars. Hubert Blier a pu profiter d’une aide financière de 10 000 dollars du programme ÉcoPerformance qui était administré à l’époque par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec. Il calcule que le mur solaire lui permet de faire des économies de 2 500 à 3 000 dollars par année en coûts de chauffage et que, par conséquent, il a pu rentabiliser son investissement en six ans. En outre, cette technologie permet une économie d’émission de CO2 qui se chiffre à environ 7,5 tonnes par année. Tout cela est bien sûr non-négligeable sur le plan économique et contribue à créer un environnement de travail sain, agréable et à faible empreinte écologique.

Comme chez la plupart des entrepreneurs, Hubert Blier a les changements climatiques, ses enfants et les futures générations en tête lorsqu’on lui demande quelles sont les motivations de son engagement envers le développement durable et les pratiques d’affaires écoresponsables. Plus fondamentalement, il croit que son engagement est lié à sa nature propre et au fait qu’il soit originaire de la région de Victo, élevé en campagne sur une ferme et assez tôt initié aux enseignements du professeur Normand Maurice, pionnier du recyclage au Centre-du-Québec. Que conseillerait-il à un entrepreneur qui n’aurait pas les mêmes préoccupations ou les mêmes sensibilités ? De garder l’esprit ouvert, de ne pas s’arrêter à l’aspect monétaire à court terme et de chercher un bon accompagnement.

« Chacun de nous, par ses actions, peut contribuer à un développement qui soit durable, et ce, peu importe la nature de son entreprise. Ainsi, chaque petit geste en faveur de l’environnement et de la communauté posé par une PME telle que la mienne pourra faire une différence pour les générations qui suivront » — Hubert Blier, président fondateur de Planchers HB inc.

Pouvant lui-même être considéré comme un pionnier à titre de premier occupant de l’Écoparc industriel Daniel-Gaudreau, Hubert Blier se fait aujourd’hui un devoir de démystifier les engagements relatifs à l’adhésion à l’Écoparc et à l’adoption de pratiques d’affaires écoresponsables auprès des autres entrepreneurs. À la question de savoir si, pour reprendre un terme à la mode, il ne serait pas un influenceur, il répond en riant « peut-être bien »! Quoi qu’il en soit, souhaitons que son cas, comme celui des autres présentés dans le cadre de cette série, poussera d’autres entreprises à passer à l’action.

Vous souhaitez accroître la performance de votre entreprise tout en améliorant son bilan environnemental? Le Fonds Écoleader est le coup de pouce qu’il vous faut pour passer à l’action –> En savoir plus sur notre programme de financement