Actualités et publications

Lancement régional en Abitibi-Témiscamingue

La Sarre, le 5 février 2020. – Les entreprises de l’Abitibi-Témiscamingue qui désirent accroître leur performance en implantant des pratiques écoresponsables ou des technologies propres peuvent désormais compter sur le Fonds Écoleader.

Lancé officiellement aujourd’hui dans la région dans le cadre d’une activité organisée au Laboratoire de Biomatériaux de l’UQAT, le Fonds Écoleader repose sur un réseau de 18 agents présents dans chaque région du Québec et sur une enveloppe de financement de 18,5 M$, cette initiative du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) vise à rejoindre quelque 50 000 entreprises d’ici mars 2023, afin de les orienter et de les soutenir dans la réalisation de leurs projets.

« Je suis très fier de voir que notre gouvernement soutient l’industrie dans sa volonté d’opter pour des pratiques écoresponsables et des technologies vertes, surtout dans une région comme la nôtre où les ressources naturelles représentent un pilier de l’économie. En effet, l’aide octroyée dans le cadre du Fonds Écoleader permet de répondre directement à des besoins fondamentaux en matière d’environnement pour l’ensemble des entreprises et organismes de l’Abitibi-Témiscamingue. Je félicite les acteurs qui prennent part à ce programme d’envergure et je remercie ceux et celles qui soumettent leurs projets ayant pour objectif de rendre leurs pratiques plus responsables à l’égard de l’environnement dans une optique de développement durable », souligne Pierre Dufour, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et député d’Abitibi-Est.

Dans la région, c’est le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT) qui a reçu le mandat de faire la promotion de cette nouvelle initiative, en accueillant à son bord Isabelle Leblanc, agente du Fonds Écoleader.

« Le CREAT est fier d’accueillir Isabelle Leblanc au sein de son équipe et de contribuer à la promotion du programme Écoleader, toujours dans le but premier de protéger l’environnement en région », résume Jacinthe Châteauvert, présidente du CREAT. Celle-ci invite les entreprises de l’Abitibi-Témiscamingue qui souhaitent améliorer leur performance environnementale, notamment en ce qui a trait à l’efficacité énergétique, à la gestion des matières résiduelles, à la gestion de l’eau, au développement durable, à l’économie circulaire, à l’écoconception et à l’optimisation des emballages, à communiquer avec l’agente du Fonds Écoleader pour discuter de leurs projets, afin d’être orientées vers les meilleures ressources disponibles (programmes de financement, experts, outils).

Une alliance stratégique pour porter le Fonds Écoleader

« Nous avons rassemblé les acteurs clés du milieu des affaires, des technologies propres et du développement durable pour faire du Fonds Écoleader un outil sur mesure pour les entreprises du Québec », résume Nicolas Girard, directeur général du Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), qui agit comme coordonnateur du Fonds Écoleader. « En mettant de l’avant l’offre de services actuelle tout en la bonifiant avec ses propres leviers, cette initiative rassembleuse nous permet aussi de compter sur l’expertise et les réseaux de plus 20 organisations nationales et régionales partenaires. »

Du côté d’Écotech Québec, partenaire du Fonds et spécialiste en technologies propres, « l’objectif premier est d’aider les entreprises à améliorer leur compétitivité et, du même coup, leur bilan environnemental, et ce, par l’entremise de technologies propres d’ici. Le Fonds Écoleader vient bonifier les moyens en place pour accélérer la transition au Québec vers une économie verte, innovante et performante », explique Denis Leclerc, président et chef de la direction.

« En misant sur une mobilisation inédite des organismes de développement économique de toutes les régions du Québec, le réseau d’agents du Fonds Écoleader pourra rejoindre efficacement les gestionnaires d’entreprises et les soutenir dans l’adoption des meilleures pratiques d’affaires écoresponsables », se réjouit Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable (CQDD), l’organisation qui agit comme animateur du réseau.

Abonnez-vous à notre infolettre

Effet Monstre