Actualités et publications

Lancement régional dans le Centre-du-Québec

Victoriaville, le 29 octobre 2019. – Les entreprises centricoises qui désirent accroître leur performance en adoptant des pratiques écoresponsables ou des technologies propres peuvent désormais compter sur le Fonds Écoleader, un projet d’envergure lancé officiellement aujourd’hui au Centre-du-Québec. Reposant sur un réseau de 18 agents présents dans chacune des régions du Québec et sur une enveloppe de financement de 18,5 M$, cette initiative du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) vise à rejoindre quelques 50 000 entreprises d’ici mars 2023, afin de les orienter et de les soutenir dans la réalisation de leurs projets.

« Le Centre-du-Québec ne peut que se réjouir de pouvoir compter sur ces ressources qui permettront aux entrepreneurs de faire évoluer leurs pratiques de façon durable. Le développement économique régional est la clé pour stimuler l’occupation de notre territoire. C’est toute la communauté centricoise qui pourra bénéficier des retombées de ce projet », a indiqué André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec.

La région peut compter sur le réseau et l’expérience de la Corporation du développement durable (CDD) pour mettre en œuvre l’initiative. « Nous sommes très fiers d’avoir été sélectionnés et nous allons collaborer étroitement avec les acteurs socio-économiques du territoire. Ce projet est étroitement lié à la mission de la CDD qui est de sensibiliser, mobiliser et outiller les organisations dont les PME à prendre action en développement durable. Nous sommes confiants qu’avec ce Fonds et l’appui de notre agente régionale, Mme Christiane Bérubé, les PME centricoises seront plus outillées pour passer à l’action », a souligné M. Christian Héon, président de la CDD.

Une alliance stratégique pour soutenir le Fonds Écoleader

« Nous avons rassemblé les acteurs clés du milieu des affaires, des technologies propres et du développement durable pour faire du Fonds Écoleader un outil sur mesure pour les entreprises du Québec, résume Nicolas Girard, directeur général du Fonds d’action québécois sur le développement durable (FAQDD), qui agit comme coordonnateur du Fonds Écoleader. En mettant de l’avant l’offre de services actuelle tout en la bonifiant avec ses propres leviers, cette initiative rassembleuse nous permet aussi de compter sur l’expertise et les réseaux de plus 20 organisations nationales et régionales partenaires. »

Du côté d’Écotech Québec, partenaire du Fonds et spécialiste en technologies propres, « l’objectif premier est d’aider les entreprises à améliorer leur compétitivité et, du même coup, leur bilan environnemental, et ce, par l’entremise de technologies propres d’ici. Le Fonds Écoleader vient bonifier les moyens en place pour accélérer la transition au Québec vers une économie verte, innovante et performante », explique Denis Leclerc, président et chef de la direction.

« En misant sur une mobilisation inédite des organismes de développement économique de toutes les régions du Québec, le réseau d’agents du Fonds Écoleader pourra rejoindre efficacement les gestionnaires d’entreprises et les soutenir dans l’adoption des meilleures pratiques d’affaires écoresponsables, se réjouit Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable (CQDD). Notre organisation est fière d’agir comme animateur de ce réseau qui répond à un besoin exprimé par les entreprises d’être mieux conseillées sur les ressources disponibles pour passer à l’action. Il s’agit d’un formidable levier innovant dont se dote le Québec pour accroître la compétitivité des entreprises », poursuit M. Gagnon.

Un programme de financement pour concrétiser les projets

L’aide financière offerte par le Fonds Écoleader permettra aux entreprises d’engager des experts qui les aideront à mettre en place des pratiques écoresponsables et à se préparer à l’acquisition de technologies propres.

Afin qu’elles puissent réaliser des projets adaptés à leur réalité, elles pourront déposer un projet d’entreprise ou un projet de cohorte d’entreprises, selon leur désir de répondre à des besoins spécifiques ou des besoins communs. L’aide versée pourra s’élever jusqu’à 30 000 $ par entreprise pour un projet visant l’adoption de pratiques écoresponsables, et jusqu’à 50 000 $ pour un projet visant l’acquisition de technologies propres.

Abonnez-vous à notre infolettre

Effet Monstre