Procédés industriels

Cette fiche technique a été élaborée par Écotech Québec, pour le Fonds Écoleader

 

1.   Définition et enjeux

Le secteur manufacturier contribue à environ 13,7%[1] de l’économie du Québec et est donc un des secteurs qui produisent le plus de richesses.

Selon l’ordre des ingénieurs du Québec, un procédé industriel est un procédé de nature mécanique ou chimique destiné à fabriquer ou à synthétiser des produits dans des conditions techniquement et économiquement acceptables, de façon sécuritaire et dans le respect de l’environnement.

Les procédés industriels présentent donc en général les caractéristiques suivantes:

  • Consommateurs de ressources naturelles (bois, eau, métaux, pétrole, etc..)
  • Fournisseurs de grandes quantités de produits
  • Techniquement complexes
  • Énergivores (près de 35% [2]de la consommation énergétique du Québec)

Parmi les exemples les plus reconnus, on peut penser aux secteurs des pâtes et papiers, aux usines de produits chimiques, à la métallurgie, au raffinage du pétrole et aux cimenteries.

Ces caractéristiques font que le secteur est un grand contributeur des émissions de GES avec près de 30,5%[3] du total au Québec.  Les procédés industriels sont également responsables d’autres impacts tels que la dégradation des sols, les impacts sur l’air et l’eau et la diminution de la biodiversité.

2.   Technologies propres applicables

D’après l’institut de la statistique du Québec, 65,4 % des entreprises du Québec disent utiliser une technologie propre et que la vente des biens et services environnementaux et TP au Québec a bondi de 55% entre 2017 et 2018[4]

Il existe au Québec, plus de 350 entreprises dans le domaine des technologies propres, qui représentent près de 9 000 emplois, plus d’1 milliard de revenu annuel total et près de 30 millions d’investissements annuels en R&D[5].

Ces technologies peuvent être utilisées pour adresser plusieurs enjeux parmi lesquels:

  • récupération de chaleur pour une meilleure utilisation de l’énergie
  • production d’énergie renouvelable en particulier sur site isolés
  • assainissement des sites contaminés ou restauration des paysages forestiers
  • Traitement des eaux usées ou approvisionnement en eau potable sur site éloigné
  • Ventilation efficace, contrôle des odeurs ou abats poussière microbiens

Les technologies propres peuvent également être utilisées dans certains secteurs particuliers. En voici quelques exemples:

Mines et Métaux ●      Utilisation de microbes pour l’extraction de minerais

●      Séquestration et stabilisation de l’arsenic présent dans les métaux précieux

●      Traitement du méthane contenu dans l’air de ventilation des mines

 

Procédés chimiques ●      Adaptation de techniques de production minimisant les ressources et les déchets

●      Utilisation de matériaux biosourcés (biodiesel, bioplastiques etc..)

●      Matériaux innovants (emballages recyclables et performants)[6]

 

Pâtes et papier ●      Valorisation de la biomasse forestière:

○      Gasification

○      Pyrolyse

○      Production de granules

○      Torréfaction

○      Bioraffinage

●      Capture et séquestration du carbone[7]

 

3.   L’apport du Fonds Écoleader

Les technologies propres sont donc une solution efficace et innovante permettant d’augmenter la compétitivité du secteur tout en accélérant la transition vers une économie verte. Grâce au Fonds Écoleader et à son appui financier, les entreprises en procédés industriels peuvent désormais bénéficier de soutien pour réaliser l’analyse des besoins énergétiques, identifier des technologies propres adaptées, ou encore calculer une estimation des coûts de construction nécessaires à leur projet et s’assurer de leur rentabilité financière.

 

[1] Sources : Portrait du secteur manufacturier des régions du Québec 2015 – https://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/publications/etudes_statistiques/secteur_manufacturier/portrait_manufacturiers_du_Quebec.pdf

[2] Whitmore, J. et P.-O. Pineau, 2021. État de l’énergie au Québec 2021, Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal, préparé pour le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Montréa- https://energie.hec.ca/wp-content/uploads/2020/03/EEQ2020_WEB.pdf

[3] Ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, Inventaire québécois des GES en 2017 – http://www.environnement.gouv.qc.ca/changements/ges/2017/inventaire1990-2017.pdf

[4] Technologies propres, 2021, Institut de la statistique du Québec, https://statistique.quebec.ca/fr/document/tableau-de-bord-pour-la-mesure-economie-verte/publication/indicateurs-technologies-propres#indicateurdeux

[5] Panorama des Cleantech au Québec, 2018, EY: https://ecotechquebec.com/documents/files/Etudes_memoires/panorama-cleantech-ecotech-quebec-ey.pdf

[6] Pour en savoir plus sur les TP applicables à la chimie verte : https://ecotechquebec.com/technologies-propres/secteurs/chimie-verte/

[7] Pour en savoir plus sur les TP applicables au secteur des pâtes et papier : https://visionbiomassequebec.org/vitrine-de-projets-chauffage-a-la-biomasse-forestiere/