• Mobilité durable

Les technologies propres en mobilité durable

Cette fiche technique a été élaborée par Écotech Québec, pour le Fonds Écoleader

 

1.   L’impact des transports et leur enjeux

Selon l’inventaire québécois des émissions de gaz à effets de serre, le secteur des transports est le principal émetteur de GES au Québec, alors que ses rejets provenant de combustibles fossiles utilisés comme carburant représentaient 43 % des émissions québécoises en 2016[1].

Ce pourcentage élevé d’émissions s’explique par le fait que 97% de l’énergie utilisée en transport provient de produits pétroliers (seulement 0.3% d’électricité)[2]. Par ailleurs, si la proportion de véhicules électriques est en constante augmentation, elle ne représente qu’une part marginale (6%) de la vente des nouveaux camions et voitures au Québec.

C’est cependant au Québec que l’on compte le plus grand nombre de véhicules électriques sur les routes, comparativement aux autres provinces canadiennes. Au 31 décembre 2019, on comptait au Québec plus de 66000 véhicules électriques immatriculés.

De manière générale l’électrification des transports est favorisée par la mise en place d’incitatifs financiers pour l’acquisition et la location de véhicules électriques, par l’instauration d’un réseau de bornes de recharge ainsi que par l’adoption de plusieurs lois, politiques et cadres règlementaires incitant les constructeurs et usagers à adopter de tels véhicules.

2.   Technologies propres et mobilité durable

Qu’est-ce que la mobilité durable, au juste? Il s’agit de planifier le transport et la mobilité des personnes de façon équilibrée pour favoriser l’économie, d’assurer l’équité au niveau social et de réduire notre empreinte environnementale, dans le but d’améliorer notre qualité de vie. Dans ce contexte les technologies propres sont un outil précieux pour accompagner les démarches des entreprises et des usagers.

D’après l’institut de la statistique du Québec, 9,1 % des entreprises du Québec disent utiliser une technologie propre en mobilité durable. De manière générale, la vente des biens et services environnementaux et TP au Québec a bondi de 55 % entre 2017 et 2018[3]

Il existe au Québec, plus de 350 entreprises dans le domaine des technologies propres, qui représentent près de 9 000 emplois, plus d’1 milliard de revenu annuel total et près de 30 millions d’investissements annuels en R&D[4].

L’expertise des innovateurs en technologies propres au Québec se décline dans de nombreux secteurs ayant trait à la mobilité durable:

  • les bornes de recharge et infrastructures pour tout segment de marché (public, employeur, flotte etc..)
  • les véhicules électriques (deux roues, camionnettes, camions lourds, véhicules personnels etc..)
  • les systèmes d’économie d’essence permettant d’éliminer la consommation de carburant reliée à la marche au ralenti
  • le développement et le reconditionnement des batteries électriques

3.   L’apport du fonds Écoleader

Les technologies propres sont donc une solution efficace et innovante permettant d’augmenter la compétitivité du secteur tout en accélérant la transition vers une économie verte. Grâce au Fonds Écoleader et à son appui financier, les organisations peuvent analyser la capacité électrique de leurs installations en vue d’implanter des bornes de recharge, comparer les flottes de véhicules thermiques versus électriques ou encore définir les incitatifs et les barrières à l’acquisition de véhicules électriques.

4.   Autres ressources disponibles

Plusieurs programmes de financement (TEQ, ministère du Transport) peuvent être utilisés dans le cadre de l’acquisition de véhicules électriques et de bornes de recharge. Le site du fonds Écoleader permet de trouver le meilleur programme s’adaptant à la réalité des entreprises et usagers : https://www.fondsecoleader.ca/repertoire-financement/.

Propulsion Québec, la grappe des transports électriques et intelligents du Québec est également une ressource précieuse dans les démarches de mobilité durable des organisations : https://propulsionquebec.com/

[1] Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, 2018. Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2016 et leur évolution depuis 1990, 40 p. [En ligne : http://www.environnement.gouv.qc.ca/changements/ges/2016/inventaire1990-2016.pdf ] p.19

[2] État de l’énergie au Québec 2021, Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal https://energie.hec.ca/wp-content/uploads/2021/01/EEQ2021_PPTLancement_28Jan2021_web.pdf

[3] Technologies propres, 2021, Institut de la statistique du Québec, https://statistique.quebec.ca/fr/document/tableau-de-bord-pour-la-mesure-economie-verte/publication/indicateurs-technologies-propres#indicateurdeux

[4] Panorama des Cleantech au Québec, 2018, EY: https://ecotechquebec.com/documents/files/Etudes_memoires/panorama-cleantech-ecotech-quebec-ey.pdf